La non méthode des non accords

Pourquoi Sud n’a pas signé l’accord de méthode qui définissait pour 2 ans le planning des négociations sociales.

  • l’ouverture tardive, fin janvier 2020 de cette négociation en 3 réunions comprimées sur 1 mois, montre qu’il n’y a pas de réelle volonté de négocier sur le fond , mais seulement d’étaler des négociations sur 2 ans et non sur un an qui est le minimum légal ;
  • la direction voulait négocier la grille de classification sans négocier en même temps la gestion prévisonnelle des emplois et des compétences ( GPEC). Une négociation bancale, les deux sont étroitement liées !
  • la direction voulait négocier la grille de classification sans budget !  ce qui impliquera sans doute de ponctionner le budget des rémunérations annuelles pendant plusieurs années ;
  • alors que nous notons une augmentation inquiétante des situations discriminantes, la négociation sur la lutte contre les discriminations était programmée tardivement.

Dialogue social inexistant !

Etaler sur 2 ans les négociations, ne changera pas le dialogue social !

En 2019,  sur 11 négociations 1 seul accord été signé – /validé par la majorité des syndicats, 50% des suffrages aux élections pro – (l’accord sur le télétravail).

Les réunions sont un exercice obligatoire,  de simples chambres d’enregistrement où les questions, les propositions des élus sont évacuées, non traitées…

Nous demandons de vraies négociations : écouter les organisations syndicales et faire des propositions qui conviennent à la majorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *