La Géode et autres biens à Gaumont Pathé

11 octobre 2019 – Déclaration de Sud Culture Solidaires au Comité d’entreprise pour le projet d’avenant à la convention avec les cinémas Gaumont Pathé portant autorisation d’occupation temporaire du domaine public sur le bâtiment Géode et autres biens annexes.

Sud Culture Solidaires vote contre le projet d’avenant à l’occupation temporaire du domaine public par Gaumont Pathé.

Cet avenant reflète l’amateurisme avec lequel l’établissement a mené ce projet, sans tirer le moindre enseignement des erreurs commises lors de la cession de la 4e travée de la Cité des sciences à Apsys ( Vill’up ).

Les conséquences de ce manque de vigilance et de professionnalisme sont désastreuses.

Les 35 femmes et hommes qui travaillent à Nadar sont méprisé·es par la direction, qui les mènent en bateau depuis des mois, ignorant leurs alertes, faisant fi de leur expertise, de leurs métiers et de leurs conditions de travail.

Celles-ci sont et seront durablement dégradées par les différentes phases de déménagement, par l’éclatement des locaux de production, tournage, archivage, bureaux… dont certains attendent d’être rénovés, et ne seront de toute façon pas adaptés,

Cette ignorance des process de conception des multimédias et audiovisuels compromet la qualité de production des expositions.

La gabegie budgétaire est indéniable :

• Universcience a investi 4 millions d’euros dans le bâtiment de Nadar, pour renouveler des locauxet des installations nécessaires à la production audiovisuelle et multimédia, ces locaux quasi neuf vont être démolis.

• En raison du retard de livraison de Nadar, Universcience doit restituer les redevances indûment perçues pendant un an. Ceci est révélateur de la précipition qui a prévalu à la signature de la convention, sans véritable réflexion sur la temporalité et de la faisabilité. Si l’établissement avait pris le temps nécessaire il n’aurait pas été privé des recettes d’exploitation de la Géode durant cette période.

Les coûts de désamiantage ont été sous-estimés, et c’est à Universcience de supporter la moitié des frais supplémentaires ;

• Un local technique supplémentaire a été cédé au repreneur sans aucune compensation financière ;

Il semblerait bien que le gaspillage de l’argent public, au profit du privé, fasse désormais partie des pratiques couramment à l’œuvre à Universcience . Alors que les moyens accordés par l’état à la culture sont en berne, Universcience se permet des largesses envers le privé aux détriments de nos activités et de nos missions de service public et de nos conditions de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *