Télétravail 2019 : ce que demande SUD-Culture Universcience

ordinateur  avec ailes

Après l’expérimentation qui a convenu à 23 télétravailleuses et télétravailleurs, il est temps d’envisager le télétravail à l’échelle de la Cité des sciences et du Palais de la découverte.

  • Sud demande que le télétravail (TT) soit ouvert au plus grand nombre et donne plus de souplesse à chacun pour la qualité de sa vie professionnelle et de sa vie personnelle.
  • Nous demandons aussi que les règles du télétravail soient cohérentes entre les personnels salarié·es et fonctionnaires (Ex. : le décret d’installation du télétravail de la fonction publique prévoit une indemnité mais Universcience ne l’applique pas aux fonctionnaires alors qu’elle l’accorde aux salarié·es. Fonctionnaires : télétravail sur 3 jours possible, …).

· Eligibilité :

  • Tous les personnels à temps plein et temps partiel sont éligibles au TT (HVI, PPH, …) dès lors qu’un jour de travail peut être organisé « face bureau sur site » ; cela peut nécessiter une réorganisation du travail. Par exemple les PPH de l’accueil peuvent préparer les visites en télétravaillant et les agents de vente peuvent gérer les abonnements et inscriptions.
  • Les temps partiels éligibles au télétravail le sont pour 50% maximum de leur durée de travail.
  • Les forfaits jours sont éligibles au TT, un jour par semaine si au moins un jour de travail peut être organisé « face bureau sur site ».
  • Tous les personnels ont doit au télétravail flottant ou occasionnel (25 jours par an) : par exemple les VSD.

· Pas de quota par unité de travail sauf à justifier une présence sur site réellement nécessaire,
pas de pénalisation pour les personnels des petites unités.
On cherchera des solutions pour éviter que les derniers arrivés dans le télétravail d’une unité soient pénalisés si nécessité d’être présents (par exemple avenant d’une durée limitée reconductible ; modification des jours ; priorité aux plus éloignés éventuellement…).

· Refus après éligibilité validée : Les raisons des refus doivent être présentées dans l’accord et expliquées ensuite par écrit au personnel. Il doit être démontré qu’aucune réorganisation du travail ne permet à un personnel de télétravailler.

· Possibilité de partir en télétravail n’importe quand après la validation de l’accord et dès la demande.

· Différentes modalités de télétravail sont proposées:

  • TT Régulier / jours fixes : 1 à 3 jours par semaine maximum (lire plus haut éligibilité temps plein / temps partiels /hvi, pph, forfaits)
  • TT Régulier / jour fixes et/ou volume mensuel (4 à 12 jours par mois) pour les unités de travail ayant des obligations de travailler sur site (chantiers d’expos, expos,…) par période longue ou plusieurs fois dans l’année (DE, DET, DMSE…)
  • TT flottant (occasionnel) : 25 jours maximum par an à prendre avec prévenance de x jours, 1 à 3 jours par semaine maximum (voir plus haut).
  • Pour ces 3 groupes : dans l’intérêt des projets et des personnels : Souplesse pour pouvoir changer de jour(s) ponctuellement et dans les 30 jours à venir. Prévenance sous xx jours minimum si possible.
  • TT exceptionnel : de 1 à 5 jours par semaine selon les cas et sur une durée variable pour :
    • Les femmes enceintes (sans oublier réduction du temps de travail, aménagement du poste si besoin …),
    • Avec accord médecin du travail recours au télétravail pour favoriser le maintien dans l’emploi ou la reprise du travail pour les personnels en handicaps ponctuels ou pas, affection longue durée …
    • Concernant le handicap cela concerne les personnels en situation de handicap mais aussi les personnels ayant un enfant ou un conjoint handicapés.
    • Les aléas de la vie personnelle ou météo, transport, épidémie, attentat…etc

· Durée accord : indéterminé avec commission de suivi chaque année et révisions.
· Durée de l’avenant du personnel : à définir en fonction des conditions d’éligibilité et quota.
· Durée du télétravail : 1 à 3 jours par semaine (idem fonctionnaires)
· Lieu du télétravail : résidence principale ou secondaire, télécentre.
· Une plage de disponibilité, un délai pour être joignable seront définis avec le·la télétravailleur·se et le droit à la déconnexion devra être respecté.
· L’indemnité : identique pour tous les personnels fonctionnaires et salariés.
Elle comprendra éventuellement : les supplément d’assurance habitation, la conformité électrique, l’aménagement du poste de travail, les frais téléphoniques et de consommable. Et aussi l’abonnement haut débit, les frais d’électricité et de chauffage, la compensation financière si location extérieure…
· Communication : faire une campagne pour inciter les hommes au télétravail (actuellement une majorité de femmes ont choisi l’expérimentation : le but de cet accord n’est pas que les femmes retournent à la maison !)
· Des outils adaptés dès la validation de la demande : PC légers, outils de visioconférence et téléphones avec liaisons « qui marchent », smartphones avec outils collaboratifs (messagerie), accès intranet complet (dont serveurs volgroup).
· Un fauteuil ergonomique, sur demande (achat US ou bien achat par personnel sur une base définie par US de 150 euros). Des souris et tapis ergonomiques pour tous. Des fauteuils ergonomiques ++ selon les cas, sur recommandation du service de santé au travail.
· Formations : les personnels et les managers recevront des formations spécifiques au télétravail.
· Une assistance organisationnelle et technique sera joignable en permanence.
· Un entretien spécifique avec le salarié en TT par le hiérarchique après 6 mois et ensuite 1 fois par an.
· Un rapport de suivi annuel du TT dans l’entreprise sera remis au CSE et aux organisations syndicales.

Et le télétravail implique que l’établissement mette en place une culture de la confiance et de l’intelligence collective.

Télécharger le tract (pdf , 140 ko)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *