24 mars 2015 – Elections des représentants du personnel au conseil d’administration d’Universcience

Un vote essentiel face au contexte de dégradation généralisée à la Cité et au Palais.

Depuis sa création, Universcience reste incompréhensible à tous. Le contexte national défavorable ne justifiant pas tout, nous ne pouvons nous satisfaire d’un bilan de 5 ans, d’où l’EPPDCSI sort fragilisé dans ses moyens : coupes budgétaires répétées, réduction systématique des effectifs (en 2014, l’équilibre budgétaire n’a été assuré que par la réduction de la masse salariale, avec 60 départs non remplacés en un an). Le tout sur fond de conditions de travail dégradées, de salaires en berne, de dialogue social caricatural, de réorganisations non partagées et inabouties, de défection de la DRH.

Le manque d’ambition compromet le sens et les missions de l’établissement, avec comme unique politique le respect du contrat de performance et du plan d’actions à court terme, visant l’augmentation des ressources propres, au risque de piétiner nos missions de service public. La rénovation des bâtiments au profit de Vill’up à la Cité, ou d’un Palais annexe d’un lieu de prestige au coeur de Paris n’en sont que les signes les plus éclatants.

La culture ne se résume pas à un secteur économique dynamique, créateur d’emplois, et facteur de développement du tourisme, c’est avant tout un droit inaliénable. Nos gouvernants n’imaginent même plus un monde de culture accessible à tous, ferment de liberté, d’émancipation, de respect de l’autre, de lutte contre l’obscurantisme et les fascismes quels qu’ils soient.

Nous ne nous résignons pas à voir nos sites réduits à des salles d’attente pour « les enfants sans parents » occupés à faire leurs courses chez Vill’up ou à visiter les prestigieuses expositions d’art du Grand Palais.

Nous ne résignons pas à voir la bibliothèque de la Cité continuer à pourrir, la Cité des métiers en grand danger de disparaître, le Carrefour numérique devenir un espace locatif, et la Cité de la santé servir de terrain d’expérimentation aux laboratoires pharmaceutiques.

Pourquoi il est important de voter mardi 24 mars
Les grandes orientations politiques de l’établissement se décident au CA. Ses membres délibèrent sur l’organisation et les conditions de travail, le budget, la programmation culturelle et scientifique, la politique sociale…

Même si les votes des représentants du personnel, au nombre de 7 sur 21 membres, ne permettent pas de changer les décisions prises par nos ministères de tutelles, c’est la seule instance où ceux-ci peuvent entendre votre point de vue. A nous de les placer face à leur responsabilité en les alertant sur ce qui se passe sur le terrain, et sur les conséquences humaines de leurs décisions politiques et budgétaires.

A l’heure où il est demandé à tous de sacrifier à l’effort de solidarité nationale, nous demandons à nos tutelles de veiller au respect de l’éthique au plus haut niveau de l’établissement.

De leur côté, les candidats Sud Culture solidaires s’engagent :
1. à se battre pour affirmer le rôle essentiel de l’EPPDCSI en tant qu’établissement culturel, en exiger des tutelles une redéfinition du projet culturel et scientifique, qui ne soit pas seulement piloté par les impératifs de contraintes budgétaires et de maintenance des bâtiments. A commencer par le projet scientifique et culturel du Palais parti avec les cartons de l’ancienne directrice générale adjointe ;
2. à défendre un projet au service du débat et de la controverse fertile, sur les conséquences humaines, sociales, environnementales et économiques des découvertes scientifiques ou techniques et de leurs implications industrielles ;
3. à se battre pour un accès le plus large possible à la culture et à l’éducation, à l’esprit critique et à une participation citoyenne dans toutes les sphères d’activités intellectuelles et politiques.
4. à veiller à ce que le Palais puisse retrouver l’autonomie nécessaire à son bon fonctionnement ;
5. à exiger de la direction une organisation du travail qui rétablisse la confiance des salariés. Il faut énoncer la stratégie qui fonde les mobilités internes et externes, selon des règles connues de tous. Les discriminations dans l’emploi et la promotion de privilégiés minent notre établissement. Sources de tensions et de clivages, elles font naître de vraies souffrances au travail. Le travail lui-même appartient au domaine de la culture et du vivre ensemble ;
6. à demander une politique des relations humaines fondée sur une stratégie de formation qualifiante, qui prenne enfin en compte l’évolution et les mutations des emplois liées au numérique. Cette politique doit accompagner les personnels au long de leur carrière professionnelle, valoriser leur expérience et leurs savoir-faire ;
7. à exiger l’équité et la transparence dans la politique de rémunérations des agents et des salariés, et le déblocage des salaires de nombreux personnels ;
8. à exiger le désamiantage de la Cité, pour la santé des salariés en poste, du public, et celle des générations à venir ;
9. à s’assurer que les alliances avec les entreprises et les concessionnaires respectent les objectifs primordiaux du Palais et de la Cité sans entamer leur indépendance intellectuelle et politique. Il faut doter l’établissement d’une charte du mécénat et du partenariat fixant des règles déontologiques ;
10. à revendiquer le respect du droit du travail et des acquis sociaux pour tous, y compris pour les entreprises de sous-traitance en imposant dans les marchés de ces dernières des clauses de mieux disant social.

Comme ils l’ont fait lors de la précédente mandature, les candidats SUD Culture Solidaires souhaitent accomplir leur mission dans un esprit :
constructif : porter les valeurs et les missions de notre établissement, émettre d’autres avis
collectif : défendre nos positions en étant à l’écoute des personnels,
critique : pointer les contradictions et les incohérences entre les discours incantatoires et les réalisations effectives.

SUD Culture Solidaires propose 11 candidats (qui n’ont aucun autre mandat)

Le 24 mars 2015 votez Sud-Culture Solidaires

Télécharger la profession de foi (pdf, 100 ko)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *