Une salariée du nettoyage licenciée à la Cité des sciences

menageMadame XX vient d’être licenciée par la société K2 Propreté après un mois de mise à pied conservatoire.

Madame XX travaille sur le site Cité des sciences depuis 2006. Elle a deux contrats distincts : avec ONET (lot 1/musée), de 6h30 à 9h30 et avec K2 Propreté (lot 2 / Sadi Carnot et bâtiments extérieurs) de 14h à 16h. En deux heures, Mme XX doit assurer l’inspection et l’approvisionnement en savon et papier des toilettes de tous les bâtiments extérieurs : Petit Nadar, Jules Verne, Descartes, Méliès, Monge, Sadi Carnot, les deux modulaires Ephémère et Petit Jules, la Halle aux Cuirs et Magellan sur appel; elle doit assurer la permanence téléphonique de nettoyage pour tous ces bâtiments et le nettoyage du local de restauration de Sadi Carnot.

Mme XX a toujours donné entière satisfaction dans son travail. Pourtant, à son retour de 5 semaines de congés, suite à un contrôle d’Universcience, K2 Propreté remet en cause ses prestations de nettoyage du local de restauration de Sadi Carnot. K2 Propreté lui reproche aussi de ne pas avoir été joignable par le client Universcience sur son DECT pendant un quart d’heure, de 14h30 à 14h45 !

Madame XX a pourtant expliqué à son employeur lors de sa convocation disciplinaire, qu’à son retour de congés, elle a trouvé ce local dans un état d’extrême saleté et qu’elle a dû le nettoyer sans produits d’entretien. Elle a indiqué aussi qu’il arrivait que le DECT dysfonctionne, par absence de réseau sur le site ou autre panne.

Depuis longtemps, Madame XX se plaint de manquer régulièrement de produits de nettoyage et autres consommables. Elle doit se débrouiller pour s’en procurer dans d’autres bâtiments, ce qui lui fait perdre beaucoup de temps. Elle a déjà alerté son employeur sans résultat sur sa situation de travail : accès empêché aux produits et matériels de nettoyage, absence de vestiaire, vêtements de travail adaptés non fournis, réduction de sa quotité horaire de 30 minutes sans modification de ses tâches entraînant une dégradation de ses conditions de travail…

Le CHSCT alerte aussi depuis longtemps sur les mauvaises conditions de travail des salariés du lot 2 et sur l’ambiance délétère installée par leur hiérarchie de proximité. Comme d’autres salariés, Mme XX avait signalé des agressions verbales répétées, des attitudes irrespectueuses et discriminatoires.

Sud Culture demande la réintégration de Mme XX et appelle les salariés à soutenir notre collègue en signant la pétition et en participant à la collecte.

4 réflexions au sujet de « Une salariée du nettoyage licenciée à la Cité des sciences »

  1. Juste pour vous combien je suis touchée par cette décision totalement injuste… C’est une personne à l’écoute, faisant son travail avec beaucoup de professionnalisme.
    La pétition est affichée dans mon bâtiment et une enveloppe a été ouverte.

  2. J’apporte mon soutien à Mme XX et je tiens à signaler que certains salariés ne respectent pas son travail dans mon bâtiment. Je rajoute aussi que effectivement les DECT ne captent pas dans certains endroits à la Cité.

  3. Je voudrais signer, et signaler qu’elle n’est pas la seule à se plaindre du manque de produits, de gants, d’une charge trop lourde pour un temps très court .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *