Halte au hold-up social !

En toute illégalité, l’administratrice provisoire et la DRH de l’EPPDCSI multiplient les provocations envers nos organisations syndicales et leurs élus.
Jugez-en plutôt :
– Le 22 décembre à la plénière du Comité d’entreprise, le directeur général, afin d’empêcher un vote des élus sur l’éventualité d’une action en justice, met fin brutalement à la séance en quittant cette dernière.
– Le 30 décembre, la direction convoque (sachant pertinemment que les élus sont en congés) unilatéralement un CE extraordinaire pour leur faire rendre un avis sur le énième projet de réorganisation. Le jour dit, cette même direction se fait accompagner d’un huissier ce qui est totalement illégal dans un CE !
– Le 31 décembre 2009, certains élus (DP, CE, CHSCT) et délégués ou représentants syndicaux reçoivent un courrier de l’administratrice provisoire leur signifiant qu’ils ne sont plus élus ou mandatés, puisque la Cité des sciences n’existera plus le 1er janvier 2010 ! Pourtant le 22 décembre, la direction demandait aux élus du CE de voter le plan de formation 2010 de cette même Cité ! Et le 21, le président du CHSCT affirmait que l’instance CHSCT existerait toujours le 1er janvier, tout comme il l’avait affirmé 6 jours avant à l’Inspection du travail.
– Prochainement un CA doit avoir lieu qui nommera le Président du nouvel établissement sans aucun représentant du personnel!

Dès le 27 octobre nous avions demandé l’ouverture immédiate d’une négociation afin de déterminer, à partir du 1er janvier 2010, pendant une période transitoire, les modalités de maintien des institutions représentatives du personnel jusqu’à ce que la situation soit clarifiée. La direction a refusé l’ouverture de cette négociation.

Le 5 novembre, vous avez pourtant, par vos votes, désigné vos représentants au CE et aux DP. La direction n’en tient aucun compte, affichant en façade le dialogue social et le faisant régresser, par tous ses actes, dans le silence feutré de son cabinet. C’est un déni de votre expression démocratique.

Nous ne pouvons tolérer qu’au moment où se prennent des décisions de réorganisation, de conditions de travail, d’affectation des uns et des autres ou de descriptifs de poste, le personnel ne puisse être informé, défendu et représenté tel que prévu par le code du travail, ni que ces projets ne fassent l’objet d’un examen et de demandes de modifications de la part des élus.
Nous avons engagé plusieurs procédures pour faire constater devant les tribunaux les multiples irrégularités qui entachent cette fusion et les conséquences néfastes qui en découlent ou découleront pour les personnels du Palais et de la Cité. Est-ce là le dialogue voulu par le nouvel établissement ?

Nous tenons à affirmer aux personnels des deux établissements notre détermination à agir :
– pour le maintien de leurs droits, de leur défense collective et individuelle,
– pour le maintien des institutions du personnel,
– pour le maintien démocratique de la pluralité syndicale,
– contre ce hold-up social sans précédent.

Nos mandats sont valides et nous continuons à vous défendre.


N’hésitez pas à contacter les délégués des syndicats CGT , CFTC, SUD

(adresses mail : cgt / cftc / sud [at] cite [tiret] sciences [point] fr)

et vos élus DP, CE et CHSCT.