SALAIRES 2009 : UNE NÉGO DE BAS NIVEAUX !

« Vous semblez oublier que vous n’êtes que des salariés, c’est-à-dire les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste, des chômeurs en puissance… c’est pourquoi mes amis si vous avez des revendications de salaire à formuler, vous m’adressez une note écrite et je la fous au panier et on n’en parle plus … » (Bernard Blier, patron dans le film « Un Idiot à Paris » 1967).


Cette réplique pourrait-être le résumé des premières propositions de la direction en matière de salaires pour cette année 2009. La « crise » donne enfin aux tutelles une bonne raison pour limiter l’augmentation de la masse salariale en argumentant sur une inflation « officiellement » en baisse.
Quand cette dernière croissait plus rapidement que les salaires, rongeant ainsi d’année en année notre pouvoir d’achat, la direction restait sourde aux demandes, à minima, d’alignement !
La politique salariale de la Cité est, maintenant, basée sur le mérite à la tête du client. L’enveloppe de primes augmente au détriment des augmentations générales et de l’attribution de points.
L’arbitraire est chaque fois plus flagrant. Chacun peut le constater au moment des avancements/promotions.
Jugez plutôt : (en 2008)
Prime moyenne pour les classes 3 = 274 euros (14 personnes)
Prime moyenne pour les classes 9 et hors grille = 1381 euros (18 personnes).
Un aurait même gagné le gros lot : 80 points + 5000 euros de prime !
Plus la classe est élevée, plus les primes le sont aussi ! Un cadre en classe 9 serait ainsi, en moyenne, 5 fois plus méritant qu’un employé en classe 3 !

Pour 2009 les tutelles nous accordent 2.2 % de croissance de la masse salariale (contre 2.60% en 2008)
La direction propose de la répartir ainsi :
– augmentation de la valeur du point d’indice 0,64% portant la valeur du point à 6,305 euros (6,265 aujourd’hui) avec effet rétroactif au 1er janvier 2009.
– Points : 6450 (mesures rétroactives au 1er juillet 2009)
– Primes : 195 000 euros (165 000 en 2008)

C’est inadmissible !

• SUD réaffirme son opposition à cette politique de prime au détriment des mesures en points
• SUD n’accepte pas ce cadrage budgétaire et demande à la direction de retourner vers les tutelles pour négocier une augmentation de la masse salariale supérieure à celle de l’an dernier.
• SUD demande à la présidente de la Cité des sciences de réunir les organisations syndicales pour négocier, enfin, une véritable et juste politique salariale, des mesures décentes d’avancement et promotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *