A la Cité aussi, il y a des sans papiers

Chez HORETO – une des entreprises de restauration de la CSI – ,
15 salariés sans papiers sont en grève depuis ce matin
 pour obtenir la régularisation administrative de leurs titres de séjour et de travail.

En France depuis des années, ils travaillent 8 heures par jours en extra pendant les 60 jours trimestriels permis par ce statut précaire mais eux sont sur des tâches permanentes et non sur des missions (par nature, ponctuelles) prévues par la convention collective de l’hôtellerie- restauration.

Ces travailleurs invisibles font le travail dont personne ne veut dans les cuisines et les arrières salles (plonge…) et acceptent d’être polyvalents pour le salaire minimum. Ils cotisent aux différentes caisses (sécurité sociale, retraite) et paient des impôts mais n’ont rien en retour.

Les syndicats Solidaires SUD-Culture et CNT de la Cité les soutiennent dans leur lutte pour leur régularisation et pour obtenir le CDI à temps plein qu’ils devraient avoir depuis longtemps.

Ils demandent à la direction de la Cité d’exiger d’Horeto le respect du droit du travail trop souvent  bafoué par les entreprises sous-traitantes dans notre établissement.

Si vous n’acceptez pas l’hypocrisie et le scandale que constitue la situation des travailleurs sans papiers, venez leur apporter votre soutien moral et financier au restaurant Le Hublot.

le 8/10/2008 – Un premier succès (suite et fin)

Chez Horeto, la journée de grève d’hier, riche en rebondissements, se termine sur un premier succès car la direction a rempli les formulaires administratifs (Cerfa) pour les 20 grévistes, soit :
–    l’engagement de versement de la redevance  et/ou de la contribution forfaitaire pour l’emploi d’un salarié étranger en France  à l’ANAEM (Agence Nationale d’Accueil des Etrangers et des Migrations),
–    l’engagement d’emploi en CDI plein temps.

Les salariés ont su rester unis et fermes sur leur position – ne quitter les lieux qu’avec les précieux formulaires.

Avec les preuves de présence sur le territoire français depuis au moins 5 ans, l’engagement de l’employeur est un élément primordial du dossier de régularisation qu’ils vont déposer à la Préfecture de police de Paris. Nous leur souhaitons bonne chance.
Avec les grévistes, nous remercions tous ceux qui les ont soutenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *