2007 : De l’air de qualité !

Nuages2007 : le CHSCT fait de la qualité de l’air intérieur son cheval de bataille. La Cité doit réparer ses équipements vétustes et apporter la quantité ET la qualité d’air nécessaires (répondant au minimum à la loi) à ses salariés et sous-traitants: à Magellan (location), Nadar, Melliès, à la Médiathèque, aux locaux sociaux, dans les bureaux de la sécurité incendie…
La direction s’engage sur un plan annuel de vérification de la qualité de l’air dans toute la Cité et locaux annexes.

A Nadar, le syndrome des bâtiments malsains -SBS
• Depuis plusieurs années les salariés du bâtiment Nadar de la Cité des sciences et de l’industrie subissent régulièrement des nuisances provoquant chez eux des malaises et des irritations: des odeurs « d’oeuf pourri » provoquant malaises, nausées chez certains et interruption du travail pour la plupart du fait d’une évacuation temporaire du bâtiment à chaque pic malodorant.
En décembre 2006 le CHSCT fait appel à l’assistance d’un expert agréé par le ministère du travail – le cabinet Technologia- pour réaliser une étude sanitaire de la population salariale, évaluer les conséquences sur leur santé et réaliser une étude technique de la salubrité des locaux.

[…Extraits du pré-rapport du cabinet Technologia, juin 2007…]
• Les symptômes apparaissent lorsque les personnes séjournent dans le bâtiment et s’estompent et disparaissent dès qu’elles le quittent, le soir, le WE ou durant les vacances. Ils sont indéniablement liés à l’occupation des locaux.
• En regard des écrits publiées sur les problèmes liés aux bâtiments climatisés, nous pouvons considérer que les manifestations présentées par la population étudiée sont préoccupantes, que les signes sont irritatifs et donc réversibles pour la majeure partie de la population et pour l’instant, ceci avec toutes les précautions nécessaires vis-à-vis de la population constituée sur la base du volontariat. Tant qu’aucune amélioration des conditions de travail ne sera pas apportée, les manifestations perdureront et pourraient chez certains personnes fragiles à terme se traduire par des signes allergiques et/ou des pathologies chroniques.
• Un suivi des personnes les plus fragiles devrait être mise en place pour une meilleure prise en charge médicale, notamment pour la ou les personnes présentant des signes d’origine allergique. Une investigation plus fine par la Médecine du Travail serait nécessaire pour établir le lien causal de certaines allergies présentées et de leur évolution.[…]
• Les études techniques ont permis de mettre à jour les problèmes suivants:
– Une prise d’air neuf dans un escalier inférieur au point le plus haut du bâtiment,permettant la reprise des émanations d’hydrogène sulfuré lors de la mise en fonctionnement des pompes de relevage, émanations provenant en partie des caniveaux et fosses se trouvant en terrasse ;
– Une forte dépression du bâtiment permettant l’entrée de la pollution extérieure par les ouvertures ;
– Une température trop élevée et hygrométrie générale basse ;
– Une mauvaise distribution et déséquilibre des flux d’air dans les locaux ;
– Une malfaçon des caniveaux d’eaux pluviales autorisant des infiltrations par manque d’étanchéité et pouvant être la source des infiltrations des bureaux S1 44 et attenants ;
– Communication entre les deux fosses d’eaux usées et pluviales provoquant une dissémination des odeurs fétides ;
– Un évent seulement sur la fosse des eaux pluviales et absence sur la fosse des eaux usées ;
– Un problème de mise à jour des plans des réseaux d’eaux ;
– Un problème d’étanchéité des fosses des eaux laissant émaner des odeurs fétides,celles-ci reprises par les CTA implantées juste à côté permettant la distribution des odeurs dans le bâtiment Nadar.
__________________________________________
Le bâtiment NADAR ne respecte pas les critères d’aération, de ventilation, d’hygrométrie, d’éclairage notifiés dans le code du travail pour une activité de bureau (et une activité de travail sur écran supérieure à 4 heures par jour).
Rappellons la législation : l’employeur doit « Maintenir un état de pureté de l’atmosphère propre à préserver la santé des travailleurs ».

Le cabinet Technologia et le Médecin du Travail de la Cité des sciences déclarent qu’il s’agit là du SYNDROME DES BATIMENTS MALSAINS ou SBS (Sick Building Syndrom), concept défini par l’O.M.S en 1982.
De plus, lors des pics malodorants les salariés ont été exposés à de l’hydrogène sulfuré H2S, en quantité faible à chaque fois, mais venant fréquemment et s’ajoutant aux symptomes dus au SBS. Pour le médecin du travail certains occupants du bâtiment Nadar sont victimes du SYNDROME D’INTOLERANCE AUX ODEURS CHIMIQUES ou SIOC.

En septembre 2007, à la demande de l’inspection du Travail, la Cité des sciences doit proposer un plan de remise en état du bâtiment.

A lire sur le SBS  « Qualité de l’air. Résultat d’enquêtes dans un bâtiment récent » Inrs, 2007 (pdf).